Salon Sm'Art Aix
16 - 20 mai 2019

FRANCOIS PERS

 

Il y a quelques années, je me suis rendu compte de l'existence, parallèlement à l’explosion du street art, d'un art urbain plus aléatoire, plus discret qui apparait sous la forme modeste et discrète de petits bouts d’art abstrait disséminés çà et là dans les interstices du paysage urbain.

Ces fragments se retrouvent sur tous types de supports: béton, pierre, métal, bois.

Sur ceux-ci va se produire généralement une intervention humaine, parfois à visée artistique (petits graffiti, dessins), plus souvent sans (grattage, griffures, coulures, stries, empreintes, traces de papier collant) à laquelle va se mêlerl’action du temps et des éléments climatiques (corrosion, effritement, effacement…).

Le hasard, régulièrement un des moteurs de l’abstraction, se chargeant d’organiser tout cela.

Ce qui est remarquable, c’est que la plupart des courants de l’art abstrait vont se retrouver dans ces fragments. L’art informel y est certes assez majoritaire mais on peut noter aussi la présence d’abstractions géométriques ou de collages cubistes.

 

Au bout du compte, il me semble  que cette recherche de traces d'art abstrait que je me suis attaché à photographier prend au pied de la lettre cette phrase de Malraux « L’art ne s’apprend pas, il se rencontre ».

 

François PERS

francoispers.urbstrait@gmail.com

image-placeholder.jpg